Manu au Gibus (guest Supervision)

En promotion et mini-tournée pour présenter son nouvel album La Vérité, la chanteuse nantaise Manu a enflammé la célèbre salle du Gibus le 04 Décembre dernier. Retour sur une soirée renversante !

Une première partie qui met en appétit

C’est au groupe Supervision 3., mené par le guitariste du groupe Indochine, que Manu a confié l’ouverture de la soirée. Bien qu’il s’agisse de leur premier concert, le combo n’en est pas à son coup d’essai, puisqu’ils avaient déjà été invités l’an dernier par la chanteuse lors d’un concert à Nantes (cf. les Rockeurs ont du Coeur).

Même si le line-up a subi quelques modifications depuis cette date, l’univers qu’ils développent dans leurs compositions n’en a pas changées pour autant. Les mélodies planantes et la voix suave du chanteur (Steeve) envoûtent facilement le public au fil des 5 titres qu’ils ont joués.

Après un rappel mérité, c’est en présence de Manu et Leïa (la fille de Boris Jardel) en guise de choristes, qu’ils sont venu clore leur prestation par la douceur de This is the Day.

PH&PO-Manu-Supervision-9

Setlist : Get the ring // Prince Louis // Innocence // Tears // Delusion // Enemies // This is the Day.

L’heure de Vérité a sonné

La place est donc laissée à Manu, qui entre directement en scène après une introduction instrumentale et la chanson Un baiser dans le cou.

PH&PO-Manu-Supervision-10

Le sourire accroché aux lèvres et la guitare à l’épaule, elle transporte d’emblée le public et l’immerge dans un univers aux sonorités plus « rock » et virulentes que son précédent opus. Le titre Encore de moi, assez rythmé et entrainant, affirme bien ce ton résolument électrique qu’elle impose pour la soirée, poursuivit sans retenue par le non moins calme On refait tout.

Quelques mots à l’attention du public et les notes reprennent, avec le titre éponyme de l’album sorti le jour-même, La Vérité. Toujours dans cette atmosphère euphorisante, et avec une énergie communicative qui émane des musiciens, un petit retour en arrière s’installe, avec l’interprétation de quelques titres du groupe qui l’a fait connaitre, Dolly. Joe en guise de mise en bouche, le toujours émouvant Tes cicatrices, enchainé par Quand l’herbe nous dévore et Je n’veux pas rester sage, repris en choeur par le public. Une nostalgie renversante, pour certain(e)s !

PH&PO-Manu-Supervision-12

Malgré la courte durée de la chanson, le dynamisme reste de mise sur Amoureux, où les rifts répétitifs de la mélodie électrique s’allient avec brio à la batterie. Les éclairages virent au rouge pour une ambiance plus tamisée, qui perdurera sur Comme un gant , où la voix distordue de Manu résonne en accord avec sa basse.

Le rythme se fait plus lent, le temps d’interpréter Goodbye et Rendez-vous, où les mélodies prennent toute leurs puissances au fil des accords de basse et batterie.

PH&PO-Manu-Supervision-14

L’enthousiasme reprend vivement, dès les premières secondes de Toi et Moi, au son des guitares qui reviennent au premier plan. Prolongée par Teenage Kicks et Bollywood, c’est dans un univers façon « rockabilly » que l’on se laisse (em)porter au rythme des paroles en anglais.

PH&PO-Manu-Supervision-18

La tension s’assagit aux premiers accords A quelqu’un, mais l’apport progressif des guitares et batterie finit en une explosion d’énergie qui clôture le set comme il a commencé.

PH&PO-Manu-Supervision-17

Après un rappel mérité, le combo reprend place pour l’exaltant Juste une chance, poursuivi par la douceur électrique d’Allée des Tilleuls. Laissant planer une atmosphère enfiévrée, Le Paradis hypnotise par la voix élevée de Manu, qui sera rejointe et complété par celle de Matt Murdock sur Des larmes pour un second final d’euphorie.

PH&PO-Manu-Supervision-21

Un nouveau rappel et quelques minutes d’applaudissements introduisent comme il se doit le japonisant Tenki Ame, interprété en solo avec une douceur joliment soulignée par les éclairages et les projections vidéos. La délicatesse reste de mise avec l’interprétation de Glitter, une reprise des Bubblies, débutée en acoustique et progressivement électrisée par les guitares et batterie afin de redonner un dernier souffle énergique au concert, qui perdurera le temps d’une ultime chanson. Toi et Moi, déjà jouée précédemment, est ré-interprétée avec un guest de marque, Boris Jardel, pour l’accompagner de sa version personnelle du Solo de l’Infini, l’ambitieux projet qui offre la possibilité aux musiciens amateurs d’inventer, avec leurs notes, le final de la chanson.

PH&PO-Manu-Supervision-20

En bref…

C’est avec un sourire toujours aussi présent que Manu est venue présenter son nouvel album, La Vérité, dans une ambiance résolument rock et très entrainante, et offrir une prestation scénique à la setlist bien maniée. Un bon moment qui fait du bien au moral et aux oreilles, à consommer sans modération !

L’album La Vérité est disponible chez les distributeurs habituels. Pour plus d’informations sur Manu et ses futures dates de tournée, n’hésitez pas à consulter son site officiel.

Laisser un commentaire